Plasticité des systèmes de l'attention et des mouvements oculaires et influence de ces systèmes sur la vision

Nous nous intéressons à l’impact des mouvements oculaires et de l'attention sur la perception visuelle d’un point de vue de la plasticité visuelle. La basse vision- très souvent imputable à la dégénérescence maculaire- est un problème de taille au Canada. Cette maladie touche l'acuité visuelle dans la fovéa (scotome central) et affecte la perception visuelle.

Tout comme le système de mouvement des yeux, le système attentionnel est très plastique. Toutefois, on en sait très peu sur l’effet de la modification des mouvements oculaires et de l'attention sur la perception visuelle. Par exemple, l'adaptation pourrait-elle mener à une modification de l’allocation automatique de l'attention ? Songeons, par exemple, au déplacement de l’attention vers une zone non fovéale, un mécanisme de compensation observé chez les patients qui souffrent de dégénérescence maculaire. On voit immédiatement comment la réadaptation visuelle pourrait grandement bénéficier de l’avancée des connaissances dans ce domaine et aider les patients aux prises avec une basse vision à récupérer certaines fonctions.

Nous mesurerons l'étendue de la plasticité du mouvement des yeux et de l'attention à l’aide de participants en bonne santé entraînés à voir avec un scotome artificiel puis à accomplir des tâches qui combinent saccades et sélection attentionnelle au moyen d’affichages qui varient en fonction du regard (gaze-contingent displays). Cet équipement de pointe permet de modifier des portions de l’image visuelle selon la direction du regard . Nous verrons, par la suite, si ces tâches oculomotrices / attentionnelles permettent d’entraîner efficacement les patients aux prises avec un scotome central de manière à optimiser leur vision périphérique toujours intacte.